Shen Yun offre une connexion avec le divin: Prince Jean d’Orléans

0

Le prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, est le deuxième fils du prince Henri, comte de Paris et duc de France et de la duchesse Marie-Thérèse de Wurtemberg, et est le prétendant au trône de France. Il a assisté au spectacle Shen Yun Performing Arts du 16 janvier à Paris et dit être touché par la spiritualité de la performance.

Prince, Jean d’Orléans

“Je trouve que c’est très bien, on a besoin de ça aujourd’hui. On est trop matérialiste, donc on a besoin de s’évader un peu. On a besoin de poésie et puis on a besoin de cette relation voilà, avec le ciel, avec le divin et tout ce qu’on a vu là fait un peu le lien entre les deux. Et je trouve que c’est important, il ne faut pas que l’homme perde de vue l’endroit d’où il vient, et voilà, si on est attaché à quelqu’un qui, on estime qui a eu une création, qui est un être divin, je pense que c’est important pour nous de le rappeler.”

Depuis le 17ème siècle, Paris est un des centres majeurs de finance, de mode, et d’arts en Europe. Cependant, lors des révoltes de la Commune de Paris, des édifices ont été réduits en cendre et la culture traditionnelle a faillit être détruite. Le même système d’oppression est utilisé par le PCC dans ses activités politiques depuis sa prise de pouvoir en Chine.

Selon la brochure du spectacle, Shen Yun a pour mission de faire revivre 5000 ans de culture et d’histoire à son public d’aujourd’hui.

“Très ému de voir qu’aujourd’hui on puisse faire de tels spectacles. Parce que c’est une période en fait, on parle peu des différents peuples, différentes ethnies et de leur culture, et je trouve que c’est un peu à contrario de ce qu’on a l’habitude de voir et d’écouter aujourd’hui. Et là on nous présente une, voilà, une multitude d’histoires, une multitude de peuples, une multitude de cultures, d’ethnies, d’habits traditionnels, de poèmes, d’histoires particulières sur différentes régions de la Chine et je trouve ça très, très intéressant et ça apporte beaucoup je trouve.”

“Quand on ne sait pas quel est notre passé, on a du mal à savoir où on va, et je pense que dans un monde qui n’a pas de référence, c’est très important la tradition et la culture. Et puis alors quand on a 5000 ans de culture c’est encore, voilà c’est encore plus fort.”

“Parce que on est trop pris par le quotidien, les choses pas belles, et puis là on s’évade dans un autre univers et avec de la couleur, avec de la poésie, avec de l’humour, donc à tout l’opposé de ce qu’on vit !”

Reportage NTD – Paris, France