Pékin annonce zéro nouveau cas du virus de Wuhan, mais le peuple raconte une histoire différente

0

Pour le deuxième jour consécutif, le 19 mars, les autorités chinoises n’ont rapporté aucune nouvelle contamination au virus du Parti communiste chinois (PCC). Cependant, des voix s’élèvent pour dire le contraire.

Une vidéo publiée sur Twitter a montré que le 19 mars les gens faisaient la queue aux urgences de l’hôpital de Xiehe à Wuhan. (Vidéo en direct) : “Je suis devant l’hôpital de Xiehe et regardez, il y a la queue aux urgences ! Il y a tous ces gens-là. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8… tous ceux-là, une trentaine de personnes ! ”

Le 20 mars, un article publié sur la toile, qui a par la suite été supprimé, expliquait l’expérience d’un journaliste pour aider une femme à trouver un traitement médical à Wuhan contre le virus du PCC. Cette femme, qui avait été soignée, avait à nouveau des symptômes.
Refusée par plusieurs hôpitaux, elle s’est présentée à 3h00 du matin à l’Hôpital général de Hubei. Après 13 heures d’attente, l’hôpital se refusait toujours à accepter la patiente. Le journaliste qui l’accompagnait a alors pu joindre le directeur d’un autre hôpital qui a finalement accepté de l’accueillir. Une fois sur place, le service ambulatoire de l’hôpital a refusé d’accueillir la patiente. Après discussion, l’hôpital a fini par l’accepter, mais sans l’enregistrer. Le journaliste a supposé que c’était pour que l’hôpital n’ait pas un patient de trop sur son registre.

Le même jour, les autorités chinoises ont annoncé qu’il n’y avait aucun nouveau cas d’infection.

Les habitants locaux ont confirmé que, contrairement au discours officiel de Pékin, les nouveaux cas de contamination sont nombreux à Wuhan.

Selon ce document daté du 18 mars, dans un quartier, 10 patients ont été hospitalisés : 5 diagnostiqués positifs et 5 autres pour lesquels les examens ne prouvaient pas qu’ils n’étaient pas atteints par le virus du PCC.

La residence ”Hang Jia Dun” déclare de nouveaux cas confirmés le 19 mars.

M. Xu, un citoyen de Wuhan, a déclaré qu’il ne faisait pas du tout confiance aux chiffres du Parti communiste. “Le PCC est si secret que vous ne pouvez pas comprendre ce qui se passe exactement. Il dit qu’il n’y a aucun nouveau cas. Je pense que le PCC a toujours menti et n’est pas fiable. Si vous croyez à la propagande du PCC, vous risquez d’être infecté à tout moment. C’est la voie qui mène à la mort.”

Une citoyenne de Pékin, Mme Zhang, ne croit pas non plus au soi-disant «zéro nouveau cas». “Je ne suis pas convaincue, car la ville est toujours confinée. Selon moi, tant que la ville reste fermée et que l’interdiction n’est pas levée, c’est qu’il n’y a pas zéro cas de virus. Sinon le confinement ne durerait pas si longtemps.”

 

NTD news