Prélèvements forcés d’organes en Chine, comment ne pas participer ?

0
Eric Alauzet, Député du Doubs
On est sur un sujet vraiment, tellement profond des droits de l’homme, enfin comme j’ai dit, si mes collègues députés ou l’opinion mesure la réalité de ce qu’il peut se passer, c’est à dire que l’on force à des prélèvements d’organes ! Il faut avoir conscience de ça. Je pense que c’est la prise de conscience de la réalité de ce qui peut se passer, de l’image qu’on puisse en faire, qui peux sensibiliser mes collègues et l’opinion à s’intéresser au sujet.
Des dons d’organes forcés, ce ne sont pas des dons d’ailleurs qui sont pratiqués en Chine sur des prisonniers d’opinions et effectivement de mettre en parallèle des Français qui sont demandeurs de greffes et qui disparaissent des listes de demandeurs d’organes en France. Peut être, parce que certains ont bénéficié de greffes d’organes prélevés de forces dans certains pays comme la Chine.
Ce qui est important, c’est que l’on puisse suivre ces patients, à la fois pour leurs protections, leurs sécurités, car des greffes dans ces conditions là sont quand même extrêmement périlleuses et éventuellement dangereuse pour eux mais surtout pour pas nourrir un trafic éhonté de prélèvements d’organes forcés sur des prisonniers d’opinions. Donc c’est important qu’on est le registre, le suivis de ces demandeurs d’organes en France pour voir ce qu’ils deviennent.
Effectivement, il semblerait qu’un certains nombres de personnes disparaissent des listes de demandeurs alors même qu’ils ne sont pas décédés. Donc, ce qu’il pourrait laissé supposés qu’ils ont bénéficié de greffes dans des conditions mystérieuses.
C’est un problème qui a été mis un peu sous le boisseau, pourtant l’union Européenne à condamné ces pratiques de la chine en 2013 et encore plus récemment le 12 Juillet 2016. Donc en 2013, une première fois, en 2016 une deuxième fois en enjoignant les États de condamnés les États qui pratiquaient ces prélèvements forcés mais aussi d’incriminer les personnes qui d’une façon ou d’une autre ; .. les Français pourraient contribuer à ce système de trafic, à ce tourisme médicale.