Pourquoi la tension est montée entre la France et l’ambassade de Chine ?

0

Une note de l’ambassade de Chine en France intitulée “Rétablir des faits distordus” est parue le 12 avril, dans laquelle l’ambassadeur de chine a vanté le “modèle chinois” à propos de la gestion de l’épidémie et a critiqué les pays occidentaux, dont la France, pour avoir sous évalués la gravité du virus. Une accusation jugée gratuite et calomnieuse est portée contre les soignants français qui « auraient quitté leurs postes en EPHAD en laissant les patients mourir de faim et de maladies » !

La revue l’Express revient sur le contexte et insiste sur l’attitude négative de l’ambassadeur en titrant son article : « Fake news et agressivité: les multiples dérapages de l’ambassadeur de Chine en France ».

Selon la Tribune, dans le journal du dimanche, Le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti estime que par ses “mensonges répétés”, la Chine “porte une responsabilité écrasante” dans la pandémie de coronavirus. Il appelle la France à “prendre la tête d’une action en responsabilité contre le régime chinois”. Pour reprendre les propos du député, “la plus grande dictature du monde devra rendre des comptes”.

Un article paru le 24 avril dans le Figaro parle du “grand mensonge chinois”. La propagande et l’absence de transparence du régime y sont clairement décrites: “Depuis l’apparition du Covid-19 à Wuhan, en décembre dernier, le régime chinois n’a jamais dit la vérité sur au moins trois points: l’émergence, l’ampleur et le bilan de la pandémie.” La communauté internationale commence à réagir.

OSKAR FREYSINGER, homme politique suisse et vice-président de l’Union démocratique du centre, expose le danger des systèmes communistes.

Journaliste: les médias comme NTD et ET ont proposé d’utiliser le terme “Virus du Parti Communiste Chinois” à la place de “Coronavirus”, que pensez vous de ce nom ?

“Le virus rouge ! Ecoutez, je pense honnêtement, que la gangrène, le virus du collectivisme exacerbé, tel qu’il est pratiqué en Chine, tel qu’il a été pratiqué dans tous les systèmes communistes, Pol Pot, au Cambodge, c’était la même chose, c’est un virus, c’est un virus simplement dans le corps social et là nous avons à faire à un virus qui a été exporté qui est un virus biologique qui touche le corps et je pense que le virus politique est tout aussi dangereux si pas plus dangereux encore, et que les 2 sont liés. Vous ne l’auriez pas eu cette propagation aussi rapide et fulgurante du virus physique, biologique si il n’y avait pas le virus de cette gestion où en Chine au fond tout le monde a peur de se faire taper dessus par l’échelon hiérarchique supérieur, donc on fait taire les informations, il y a une sorte d’omerta, on a un contrôle total sur les médias, un contrôle total sur les chiffres.”