Les morts oubliés ?! La Chine revoit à la hausse de 50% le nombre de décès “coronavirus” !

0

Le 17 avril, les autorités chinoises ont revu à la hausse le nombre de décès à Wuhan. A minuit, le 16 avril, le nombre initial de 2 579 est passé à 3 869: soit une augmentation d’environ 50% par rapport au nombre annoncé initialement. Les raisons officielles invoquées ont été : des rapports oubliés, faux ou ne respectant pas les délais. Les dirigeants des États-Unis, de la France et d’autres pays ont fait part de leurs doutes, laissant penser que le PCC masque toujours les données réelles.

Le site internet Caixin a révélé qu’un funérarium avait reçu 5 000 urnes en deux jours seulement. C’est 1 000 de plus que le nombre de décès revu à la hausse par les autorités.

Un internaute chinois a commenté:

Les autorités devraient lancer un site web officiel publiant des informations sur le défunt, afin que les membres de la famille de toute personne ne figurant pas sur cette liste puissent poser des questions. Cette liste pourrait être mise à jour en permanence, afin d’obtenir finalement un chiffre précis. Mais le PCC oserait-il faire cela ? S’il le faisait, les gens ne seraient-ils pas en mesure de dire que leurs chiffres sont faux ?

D’autres personnes se doutaient que cette hausse était due au fait que le PCC voulait « rattraper » le grand décalage, après que le président Trump ait annoncé qu’il voulait enquêter sur l’Institut de virologie de Wuhan.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a réitéré, mercredi 15 avril, que le PCC devait communiquer des informations transparentes:

« Le gouvernement chinois doit être clair. Il doit être responsable et expliquer ce qu’il s’est passé, ainsi que les raisons pour lesquelles ces informations n’ont pas été plus largement diffusées.»

Le président français Emmanuel Macron a déclaré jeudi 16, au cours d’une interview exclusive au Financial Times que le PCC présente des zones d’ombre dans la gestion de l’épidémie, que les pays occidentaux ne peuvent pas croire naïvement que la Chine a mieux géré l’épidémie.

Emmanuel Macron:”La transparence qu’il y a, l’immédiateté de cette information n’a juste rien à voir. Les réseaux ne sont pas libres dans ces pays, vous n’avez pas de réseaux sociaux, vous savez pas ce qui s’y passe vraiment. N’ayons pas non plus une espèce de naïveté qui consiste à dire : c’est beaucoup plus fort. On ne sait pas ! Et il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas. »

Le ministre de l’Intérieur australien Peter Dutton a déclaré vendredi que le monde changerait l’approche diplomatique avec la Chine quand les États-Unis auront publié leurs conclusions sur la source du virus. Le PCC doit répondre aux questions liées à l’épidémie.

« Je pense que la transparence est très bien. Espérons que la Chine répondra à ces questions. »

Jeudi, le secrétaire d’État des Affaires étrangères anglais Dominic Raab a déclaré que les relations sino-britanniques changeront après l’épidémie.

« Sans aucun doute, nous ne pouvons pas continuer comme à l’accoutumée. Nous devrons poser des questions difficiles concernant l’apparition du virus et les raisons pour lesquelles il n’a pas pu être maîtrisé plus rapidement. »

Face aux doutes de la communauté internationale, le ministère chinois des Affaires étrangères a, une nouvelle fois, démenti le fait que le PCC avait caché les vraies données de l’épidémie.

Cependant, la gravité de l’épidémie à Wuhan a déjà été prouvée par divers rapports venant du public et du personnel médical chinois par voie privée. Une vidéo de Zhu Chouwen, directeur adjoint de l’hôpital Zhongshan et chef d’équipe de soutien pour Hubei, a été mise en ligne début avril. Dr. Zhu se met à pleurer quand il évoque Wuhan.

NTD news France