Les Français ne peuvent pas cautionner le trafic d’organes

0
Xavier ROSEREN
Député de Haute-Savoie
Journaliste: En Chine, les pratiquants de Falun Gong sont des victimes des prélèvements d’organes forcés,
En fait il est très important de faire attention, parce que c’est du trafic d’organes et on ne peut pas aujourd’hui cautionner ça et surtout en France sur les droits de l’homme.

 

Si les amendements sur la loi bioéthique sera discutée donc à l’assemblée nationale et du coup il faut ouvrir forcément le débat mais c’est certain que ce n’est pas que la notion de traçabilité qui est importante, il faut à tout prix éviter tout ce qui peut être vente ou prélèvement forcés d’organes et c’est bien pour ces raisons-là que du coup il faudra mettre des lois très strictes sur le sujet.
En tout cas, s’il y a un manque, c’est vraiment l’occasion avec la loi bioéthique de faire des améliorations sur cette loi et je pense que ce sera discuté à l’assemblée nationale.
Damien PICHEREAU
Député de la Sarthe
Je pense que c’est une bonne chose, on doit tout faire aujourd’hui pour lutter contre les trafics d’organes, peu importe où ils soient dans le monde, reste après à connaître exactement aussi les possibilités d’information qu’on peut avoir par rapport justement à ces dons d’organes qui peuvent être effectués à l’étranger avant de les inscrire dans un éventuel registre.
Philippe VIGIER
Député d’Eure-et-Loir
Je suis député d’Eure et Loire dans la région dans la région Centre Val de Loire et j’ai pris le groupe liberté et territoire, je fais partit d’ailleurs de la commission spéciale sur le bioéthique donc concerné par ce texte important, en France il y a une caractéristique formidable , les organes on les donne, gratuitement ! Mais on ne vous les prélève pas si vous ne l’autoriser pas , c’est ce que l’on appelle la dignité humaine.